J’ai eu l’occasion, lors d’une émission de découvrir l’artiste allemand Max Zorn.
L’originalité des œuvres de ce cher Zorn tient du medium utilisé. L’artiste use du papier adhésif et le pinceau est remplacé par un cutter.
En outre, il faut remarquer la redéfinition du support proposé par Zorn ; de la glace acrylique à travers laquelle fuse de la lumière. 
Par ailleurs, je suis impressionnée par l’exploitation des ombres et de la lumière, ce qui en fait des œuvres touchantes. Elles retracent des actions du quotidien avec une profondeur que je ne sais expliquer.
Les personnages semblent être si proches de nous mais aussi si lointains. Je suis à chaque fois troublée par l’intensité des œuvres du fait d’un geste, d’un regard, d’une action…
Frontalement, en profil, je suis interpelée. Captivée, j’attends que l’image se meuve. Je suis dans l’attente d’une action. Je suis absorbée par la beauté des œuvres. On y voit des références:  les années folles, des stars incontournables tels que John Lennon, Maryline Monroe mais aussi aux films noir et blanc.
J’attribue une attention particulière à la reproduction des vêtements et du style marqueurs des années folles.  Du burlesque, romantisme, élégance, … C’est incroyable la précision et les détails de reproduction. Rappelons-le, tout cela avec du scotch
Vous pouvez le découvrir, vous aussi, sur http://www.maxzorn.com
Parce que l'Ame n'a pas de couleurs, l'Art est universel.
Fergie